Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

11 Comments

A quelques jours de mon premier marathon

A quelques jours de mon premier marathon

Il y a un peu plus de deux ans j’enfilai ma première paire de Running pour faire le tour du quartier. Aujourd’hui je me prépare à les enfiler pour mon premier marathon.

Je n’ai pas beaucoup communiqué sur ma préparation par manque de temps contrairement à certains autres runners qui partagent chaque semaine leurs entraînements. Cet article va être l’occasion de revenir sur ma préparation, mes craintes, mes sensations.
Vous l’aurez compris, cet article est purement personnel. Certains se retrouveront peut-être dans cet écrit, d’autres me prendront pour un dérangé ou encore voudront connaître la même chose.

Avant de parler de cette aventure qu’est le marathon, je vais revenir un peu sur mon passif de coureurs. Il y a un peu plus de deux an, j’ai enfilé ma première paire de Running pour me remuscler la jambe suite à une blessure qui a nécessité le port d’un plâtre pendant un mois. Après des débuts plus que laborieux, j’ai commencé à prendre un peu de plaisir. Le réel déclic a été de prendre mon premier dossard en le fixant un objectif : terminer un 10km en moins d’1 heure. Objectif atteint lors du RunInLyon 2012. En pleine confiance, j’ai voulu m’aligner sur mon premier semi un peu plus d’un mois après lors du marathon du beaujolais. Ce fut un vrai échec. J’ai mis ensuite un moment avant de remettre un dossard, préférant courir à l’instinct. Tiens, c’est une problématique qui fera l’objet d’un prochain article : faut-il porter un dossard pour exister ? Vaste débat.
Bref revenons-en à mes baskets. J’ai passé une année de diète de dossard avant de prendre ma revanche sur le semi lors du RunInlyon 2013. C’est à partir de ce moment que le running a pris une nouvelle dimension. J’ai ouvert le blog, je me suis intéressé à la communauté digitale de runneur. Ça m’a mis un sacré coup de boost sur mes capacités runnistique et mes objectifs à venir. J’ai rencontré pleins de nouvelles connaissances me permettant d’aller toujours plus loin dans cette passion. N’arrêtant pas d’en parler avec mes collègues, ils ont décidé de m’offrir un dossard pour le marathon du beaujolais. Beau cadeau, n’est-ce pas ?

8 mois après ce cadeau et plusieurs courses (corrida, 10km, semi, trail…), il a été temps de débuter la préparation du marathon. C’est donc fin août- début septembre que je suis parti en quête du plan idéal pour préparer au mieux cet événement. Comme j’écris ce que je pense, je ne vais pas vous cacher que je devais avoir un plan concocter par @votremarathon, dont j’avais suivi leur travail lors du marathon de paris auprès d’autres bloggeurs comme @captainphoenix. Après quelques problèmes « technique » de leurs côtés, j’ai obtenu un retour mi-août par mail me disant de faire un teste de vma pour affiner leur plan. Test de vma effectué, je n’ai plus eu de nouvelles… Après quelques échanges avec d’autres twittos, je me suis rendu compte que je n’étais pas seul dans le même cas. Décidant de passer outre, j’ai effectué quelques recherches sur des magazines et des sites proposant des plans gratuits pour trouver le plan idéal (objectif 4h15 – 3 entraînements par semaine – 4 ème sortie optionnelle). Soucieux de la qualité du travail à effectuer, j’ai partagé le plan trouvé afin de le confronter aux critiques de marathoniens. Je tiens d’ailleurs à remercier Greg pour ses conseils et les ajustements qu’il a apporté à ce plan ainsi qu’à Yvan, du FR’Anse qui a été d’une aide précieuse tout au long de cette préparation.

Voici comment s’est découpé mon plan de 10 semaines avec 3 séances imposées par semaine :

https://docs.google.com/spreadsheets/d/1jBdxBG4u_oEKtHv9NKnYrq5K9f-0RCGr-uV_TsPO83w/edit?usp=sharing

Il n’a pas été simple tous les jours de suivre le plan proposé car il demande beaucoup de disponibilité. J’ai dû prendre sur moi et me lever aux aurores passant souvent pour un fou aux yeux de mes amis ou de collègues. Quand on s’est fixé un objectif il faut se donner les moyens pour le réussir. J’ai profité de mes weekends ou jour de congés pour faire mes sorties longues.

Retour de sortie matinale au petit jour. Un régal

Retour de sortie matinale au petit jour. Un régal

Je suis assez satisfait du suivi de mon plan car d’habitude je lâche l’affaire au bout de la 3eme semaine. Le plus dur a sans doute été de me mettre au fractionné les matins.
Tout au long de mes sorties, j’ai eu les conseils et les encouragements d’Yvan qui m’ont été d’un grand soutien et m’ont permis de progresser. Encore merci !

Je suis maintenant à j-3 du marathon. Le plan est bouclé, il ne me reste qu’une sortie de 30 minutes à faire pour me détendre les jambes et m’aérer la tête. J’ai la sensation d’avoir progresser tout au long de ces entraînements et d’être bien physiquement. De ce côté-là, tout est rassurant.
Depuis le début de la semaine je commence à cogiter sur la course, son déroulé, la distance, le dénivelé…. Mais également sur mes capacités physiques et mentales.
J’ai lu beaucoup de récit sur le premier marathon. C’est assez flippant car beaucoup ont vraiment souffert soit par manque de prépa, soit par la distance de course. Je pars dans l’optique de finir ce premier marathon si possible autour de 4h30. Mon plan été prévu pour un objectif de 4h15. Au fil du déroulé du plan je me suis rendu compte que cet objectif était un peu trop élevé pour un premier marathon et surtout sur un parcours vallonné (300m de D+ cumulé). (lien vers le parcours)

denivelé

Évidemment cet objectif peut être réalisable si je ne connais pas de pépins physiques… Ce que je redoute vraiment, en particulier les crampes.
Pour le coté hydratation et alimentation, j’ai reçu l’aide de Go2 sport qui m’a fourni les conseils via une nutritionniste et les produits pour préparer au mieux la course. Encore un grand merci ! Je détaillerai les produits utilisés lors de mon compte rendu.

Produits Go2

 

Alors que tout est plus ou moins calé, il me reste quelques questions existentielles : tee-shirt ou manches longues, collant ou corsaire, caleçon ou string fluo, poche à eau ou ceinture gourde, porte dossard ou porte étendard …. Bref, il me reste plein de choix à faire pour être au mieux pour cette course.

L’organisation ne proposant pas de suivi live de la course, je vais faire un live track via Runtastic (mon profil Runtastic). Le lien sera publié sur le compte Twitter @lerunnergeek et sur la page Facebook Lerunnergeek.

Rendez-vous samedi 22 novembre à 10h !

Comments

  1. Article qui me parle !
    Je suis en train de réfléchir pour un marathon dans un an, et je me demande à partir de quand aller sur la préparation spécifique…
    Pour tes entraînements (je n’ai pas été regardé ton plan), tes sorties longues qui te font dire que tu pourras courir 4h30, tu cours combien de temps?
    Genre si j’arrive à courir 2h45 « tranquillement » (ce qui n’est pas le cas), est-ce que je peux me dire que je pourrais courir un marathon? (enfin, tu vois l’idée)

  2. Il ne reste plus qu’à t’encourager pour ce marathon. N’ayant pas encore sauté le pas du marathon (à cause d’une blessure) et malgré des trails > 45 km, je comprends très bien l’état dans lequel tu dois être.

  3. Robelo

    Go! Go ! Go ! 😉

  4. Will

    Hello Ben,
    Bravo et tous mes encouragements pour ce weekend! J’ai un peu le même parcours que toi (sauf la jambe dans le plâtre) et je commence mon planning d’entrainement cette semaine pour la marathon de Rome; le premier. Mêmes interrogations… Bon courage. « don’t give up » et « keep going » sont a garder en tète tout au long de la course!
    J’ai hâte de lire le récit de ton marathon!!
    Good luck!

  5. Sydalw

    Le premier marathon, c’est toujours une expérience marquante.
    Pour mon premier, il y a 4 ans (j’en avais 28), je visais 3h45, j’ai fait 3h53.

    Mon expérience perso :
    – Pas d’eau sur moi, ni poche ni gourde. Ça alourdit beaucoup, j’ai eu peur de l’effet négatif en lien avec le poids. Par contre, je me suis arrêté à tous les ravitaillements, et ça je pense que c’est hyper important.
    – Fin novembre, je conseillerais de courir manches longues mais ça c’est plus une préférence perso
    – Attention au mur entre le 30 et le 35ème kilo. C’est normal d’avoir un coup de moins bien à ce moment là, il ne faut pas paniquer ni se décourager
    – Être régulier et NE SURTOUT PAS PARTIR TROP VITE. Dans l’euphorie de la course c’est une erreur classique, et surtout, je vous que ton parcours est descendant sur le début donc vigilance.
    -en profiter !!

  6. Profite bien de tout , fais toi ta propre expérience , si tu penses que tu dois prendre une chose ou une autre prends les sinon tu t’en voudras en cas d’échec … fais ta bulle et fais ta course , ça va venir tout seul et surtout donne tout pour finir peu importe le temps , c’est le plus important , être finisher. Tu as 352 m de D+ mais 471 m de D- … conseil en descente raccourci la foulée augmente le nombre de pas , tu verras c’est magique on accélère et on ne fatigue pas 🙂 … enfin n’oublie de venir nous conter ton bonheur de finisher ici , bonne chance le geek ! 🙂

    @CourPourDec

  7. franch

    manches courtes + manchons, ne porte rien juste 2 gels sur le porte dossard
    et pense a boire du vin c’est le marathon du beaujolais quand même

  8. C’est une belle aventure que tu tentes là… Bon courage !

  9. Bravo pour cette prépa bien maitrisées et bon courage pour samedi !

  10. Je dis bravo pour l’initiative ! Ayant déjà sauté le pas, je trouve que tu assures côté préparation. Je t’encourage donc à donner le meilleur de toi-même mais aussi et surtout à bien profiter de l’expérience. Et n’abandonnes pas, finis ce que tu as commencé c’est le plus important !

Submit a Comment